Les légumes lactofermentés

Comme annoncé dans l’article « Nouvelle rubrique » (https://vie-talite.com/nouvelle-rubrique), je déclare ouverte la boîte à malice ! La première astuce que je vous partage est une recette : celle des légumes lactofermentés.

Lacto-quoi ?

La lactofermentation est un procédé de conservation des aliments particulièrement intéressant parce qu’il nourrit notre microbiote (appelé aussi flore intestinale). Un des exemples phare de produit lactofermenté est le chou à choucroute (et oui, 2 ans en Alsace, ça marque 😉).

Quésako le microbiote ? Nous hébergeons dans nos intestins un véritable petit monde bactérien qui nous rend bien des services : de la digestion d’éléments que notre organisme ne sait pas dégrader, à la production de vitamines, en passant par la lutte contre d’autres agents microbiens moins plaisants. Car, loi de la concurrence oblige, si de « bonnes » bactéries occupent le terrain de nos entrailles, il y a moins de place pour les « mauvaises ».

Les produits lactofermentés sont du carburant pour notre microbiote. En toute logique, un hôte choyé restera volontiers dans notre B&B viscéral, s’y développera et nous rendra de grands services. Et pour le côté pratico-gustatif, nous aurons toujours sous la main des légumes croquants et acidulés prêts à servir. Ça vous tente ? Alors c’est parti !

Recette

Ingrédients :

– 1 Kg de légumes => carottes, betteraves, chou blanc / rouge, … laissez parler votre créativité et vos goûts, les mix aussi sont permis

– 10 g de sel

– 2 bocaux à conserve de 0,5L ou 1 bocal d’1L

Préparation :

Râpez ou coupez finement les légumes. Mélangez au sel. Biensûr une règle de trois permet d’adapter la quantité de sel à la quantité de légumes préparés.

Remplissez les bocaux petit à petit en écrasant bien les légumes avec le poing pour en faire ressortir le jus. Arrêtez-vous à 2 cm du bord. C’est important, car la 1ère phase du processus va produire du gaz et, si vous montez trop haut, cela peut déborder … j’ai testé pour vous !

Fermez le bocal. Les légumes doivent être recouverts par du liquide. Ce jus sera réabsorbé par la suite.

Laissez à température ambiante 1 semaine (dans un bac, au cas où cela déborde – j’en connais une qui s’est remerciée de cette précaution avec les betteraves : moi :-D). Ensuite, placez les bocaux dans un endroit frais de type cave pendant 2 semaines.

Après 3 semaines, c’est prêt ! Mais biensûr, vous pouvez les conserver bien plus longtemps.

Dégustation

Les légumes lactofermentés peuvent se consommer tels quels (ils ont un léger goût acide, comme s’il y avait du vinaigre) ou servir de base pour un plat de crudités plus élaboré. Personnellement, j’ajoute de l’huile aux carottes, mais pas aux betteraves, et je les agrémente de graines (tournesol, courge, …).

Je n’ai pas encore testé de mettre des épices comme des grains de cumin dans les bocaux, la prochaine fois peut-être ?

Photos de deux bocaux de conserve en verre, contenant les carottes râpées mises en lactofermentation. On voit le jus surnageant.
1er essai : carottes, avec le jus surnageant
2ème essai : carottes et betteraves … trop remplies, les betteraves moussent plus que les carottes apparemment

Voilà, vous en savez autant que moi. N’hésitez pas à nous conter en commentaires vos essais qu’ils soient fructueux ou non, car on s’instruit de nos erreurs … et de celles des autres s’ils nous les partagent 😊 !

Pour être informé de la parution d’un article, la rubrique « Abonnez-vous » vous tend les bras sur la colonne latérale !

2 réponses sur “Les légumes lactofermentés”

  1. Hello Julie!
    Quand tu dis que les légumes doivent être revouvert de liquide. Tu parles du jus qu’il en ressort en les écrasant ou il faut les recouvrir d’eau?
    Merci 😊

    1. Coucou Aude, je parle du jus qui sort des légumes quand on les écrase oui, pas besoin d’en ajouter.
      Au plaisir d’avoir des nouvelles de ton essai !
      Julie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *