Formation terminée, ça c’est fait !

Voilà, cette année de (trans)formation est terminée ! Et alors, qu’est-ce que ça fait ?

L’année écoulée

J’ai vécu une année extrêmement riche, aussi bien au sein de la formation que dans d’autres domaines de ma vie. Un cursus de naturopathie, ça soulève un sacré paquet de questions ! Ca remet en perspective tout un tas de raisonnements ancrés en soi depuis fort longtemps. Donc, forcément, ça remue et ça déteint sur les autres aspects de la vie.

En résumé, avant d’apprendre les fondamentaux de la naturopathie, le fonctionnement du corps humain, la réflexologie, Etc., j’ai appris … à désapprendre 😉 !

Au-delà des cours, il y a eu les stages aussi, qui m’ont donné l’occasion de rencontrer des gens, de découvrir leurs activités et d’y participer. Cela m’a permis, chaque fois, de me poser la question suivante : quel peut être mon apport en tant que naturopathe dans ce contexte ? J’ai reçu autant de réponses que de fois où je me suis posée la question ! Une naturopathe dans un spa (https://www.ax-hotel.com/fr/excellence-spa-fr), dans une herboristerie (https://www.lebiologis.fr/), dans une épicerie vrac (https://daybyday-shop.com/magasin/gap/), un dojo zen (http://dojo-esprit-zen.com/), un laboratoire de phyto et gemmothérapie (https://www.herbiolys.fr/fr/), un hôpital (http://www.chbd-laragne.fr/), une Biocoop (https://www.biocoop-lajuncha.fr/), n’a ni le même regard, ni le même rôle, forcément.

Je remercie chacun chaleureusement pour son accueil et les partages que nous avons eus. Ce fut riche d’enseignements.

Cette année fut donc une aventure humaine et, en premier lieu, au sein de notre promotion au CFPPA de Hyères. Quel bel assortiment de personnalités parmi ces 34 individus ! Sans compter les équipes administrative et enseignante ! Comme chaque fois, je me nourris des rencontres et plus il y a de diversité, plus je m’enrichis. Même si certaines rencontres sont plus confrontantes que d’autres, elles permettent alors de travailler sur soi 😊

Deux photos de "hug" de 6-8 personnes de ma formation.
Un pour tous et tous pour un ! La force du lien humain.

L’année à venir

La formation n’était qu’une étape dans mon parcours de reconversion. Ce diplôme est la clé d’entrée dans une nouvelle aire de ma vie professionnelle. Dès le mois de janvier, je deviens créateur d’entreprise et j’ai du pain sur la planche !

En synthèse, je vais créer mon activité de naturopathie et réflexologie plantaire dans la ville où je réside : Veynes. Et oui, j’ai de la veine ! 😉 Mes recherches cette année m’ont montré qu’il y a de la demande et de la place dans cette magnifique région entre Buëch et Dévoluy, j’ai donc décidé de tenter cette aventure ici.

J’ambitionne de travailler en cabinet, à domicile, mais aussi d’aller au-devant des organisations, qu’elles soient des entreprises, des institutions ou des associations. Je rêve d’une pédagogie du mieux-être ! C’est mon côté idéaliste qui s’exprime !

Du coup, dans les semaines à venir, ce site va évoluer pour refléter tout cela. De blog de reconversion professionnelle, il va devenir site de naturopathe. Rassurez-vous, l’esprit reste le même et je continuerai d’alimenter le blog et la boîte à malice !

Ici et maintenant

Je ne réalise pas encore bien que la formation est terminée. Je dois prendre le temps de digérer.

Je ressens une certaine fierté d’être allée au bout de ce défi qu’est le fait de reprendre des études, dans un domaine éloigné de sa formation initiale, qui plus est (virage à 180°).

Je suis soulagée, car l’année a été dense entre les cours, les stages, les trajets entre chez moi et le lieu de formation, les mille et unes questions. Car ne croyez pas que ce parcours est un long fleuve tranquille ! Il est jalonné d’interrogations, de peurs qui tentent de vous désarçonner. Il n’est pas toujours aisé de garder le cap, loin de là !

« Où serait le mérite si les héros n’avaient jamais peur ? » Alphonse Daudet

J’ai le cœur serré aussi à l’idée de ne pas retourner m’asseoir parmi mes camarades début janvier. Heureusement, la technologie va nous permettre de rester en lien malgré la distance géographique.

Je viens de refaire une valise (il faut croire que j’y ai pris goût ?!) car, avant toute chose, je prends des VACANCES !!! N’apprend-on pas, en naturopathie, qu’il faut se ménager des temps de pause ? Et bien voilà, je mets en pratique : je file retrouver certains de mes « proches » (de cœur) éloignés physiquement, pour célébrer la fin de cette formation.

J’écris sciemment « cette » formation, car j’ai bien compris qu’à partir de maintenant, je serai un éternel étudiant.

Deux dessins réalisés par une dame venue en consultation durant la formation : un paysage fleurit entre jour et nuit avec la phrase "bonne route en naturopathie" et un personnage observé à la loupe par un groupe d'individus avec la phrase "souvenir de consultation".
Merci Suzanne de nous avoir si bien croqués 😉

Et voilà pour le dernier article de l’année (ben oui, j’ai dit que j’étais en vacances). Je vous souhaite une belle fin d’année, lumineuse et chaleureuse. Chez moi (dans le nooooord), on a coutume de dire que la chaleur est à l’intérieur, dans les chaumières et dans nos cœurs.

N’hésitez pas à réagir et échanger via la section « Commentaires » ci-dessous ou en message privé via la page « Contact ».

Et pour être informé de la parution d’un article, la rubrique « Abonnez-vous » vous tend les bras sur la colonne latérale !

Expériences

En tant qu’ancienne chimiste, les expériences, ça me connait et ça me botte ! Ca tombe bien, car cette année de formation en Naturopathie, c’est l’année des expérimentations et je m’en donne à cœur joie !

Expériences culinaires

Un des piliers de la naturo est l’alimentation. Alors, biensûr, c’est un sujet central d’enseignement et de mise en pratique. Dès la deuxième semaine de cours, c’est parti pour une session « alimentation vivante » et atelier de cuisine crue. Au programme : graines germées, extracteur de jus (légumes et fruits), pudding de chia, spaghetti de courgettes à la bolognaise et, pour finir sur une note sucrée, crème choco-orange. Le tout plein de saveurs agréables et parfois surprenantes.

Qu’en ai-je retenu ?

J’aime les graines germées, je me suis donc mise à en faire pousser. J’ai commencé tout simplement avec les lentilles que contenait mon placard, puis j’ai acheté des graines à germer en magasin bio. L’alfalfa par exemple est facile à faire pousser et d’un goût agréable (pas trop fort). Pour ce qui est de l’extracteur de jus, vu la taille de l’engin et mon nomadisme actuel, c’est entre parenthèses. Par contre j’adore le(s) goût(s) donc, dès que je peux en déguster, je fonce ! Le chia, pour moi, point trop n’en faut, car cette petite graine très riche porte bien son nom … recommandée aux transits lents, avec parcimonie pour les autres. J’en mets parfois dans mes flocons d’avoine du matin.

Il faut à présent que je me mette aux fourneaux pour faire découvrir ces délicieuses recettes de bolo-végétarienne crue et de dessert choco-orange !

Photo de notre intervenante lors de l'atelier cuisine crue. Devant elle, une table avec fruits, légumes, extracteur de jus, germoir et blender.
Claire Parent, Naturopathe et formatrice : https://www.facebook.com/Claire-Parent-Naturopathe-2141523542769883/

Dans un autre style, j’ai tenté une quinzaine sans produit laitier. Ca me semblait simple a priori, vu que j’en consomme peu en dehors du fromage. J’utilise du lait végétal et je ne mange plus que rarement des yaourts. Et bien, cela s’est révélé plus compliqué que prévu avec la vie en société. Pour commencer, le déjeuner à la cantine : non pas de sauce merci, zut pas possible le céleri rémoulade, mince la purée ! Et la sortie pique-nique improvisée ? Longue analyse des sandwichs à la boulangerie pour en trouver un sans beurre ni fromage. Bref, c’est possible, mais pas aussi simple que je le pensais au premier abord.

Il me reste à faire la quinzaine sans gluten, là encore je sens que la vie en collectivité ne va pas me simplifier la tâche …

J’ai également fait un séjour monodiète mais ça, je vous en parlerai plus tard, car cela mérite carrément un article dédié !

Expériences corporelles

La naturopathie, c’est aussi un panel de techniques manuelles. A ce stade, nous avons fait un atelier cataplasmes : argile, huile de ricin, moutarde, chou, farine de lin, oignon. Ce fut fort instructif pour voir la façon de procéder et d’échanger ensemble le lendemain sur les effets. Qui eût cru que le chou ôte les douleurs et les oignons soignent le mal de gorge ? C’est pourtant le cas.

Photo de mon dos après application d'un cataplasme à la moutarde. On voit distinctement que  ma peau est rouge sur les zones d'apposition.
Mon dos après un cataplasme à la moutarde. Révulsif ? Oui, je confirme.

Nous sommes formés à la réflexologie plantaire. La pédagogie se veut centrée sur la pratique, donc nous nous exerçons en binôme. C’est très intéressant et parfois surprenant d’efficacité. Sur moi, le travail de la vessie a été très actif par exemple, hihi.

Nous avons travaillé les points de Knapp également. Ce sont des zones de tension, situées sur des points durs du corps, sur lesquelles on exerce une pression. Nous nous sommes exercés sur nous-même et sur nos camarades. Certaines sont faciles d’accès et sensibles, d’autres non. Il n’est pas toujours aisé d’atteindre l’os derrière le muscle !

Nous travaillons également la souplesse du corps et la respiration avec un expert en Tai Chi Chuan et en Qi Gong. Moi qui suis adepte des salutations au soleil au réveil (pratique de yoga), cela me plaît beaucoup. Ces pratiques apaisent et recentrent : pendant que je me concentre sur la coordination de mon mouvement et de mon souffle, mon cerveau ne mouline plus. Cool !

En parlant de souffle, nous sommes initiés à la Sophrologie. L’idée étant de pouvoir proposer des exercices de relaxation adaptés à nos patients / clients / consultants (je n’ai pas encore choisi entre ces termes 😉).

Il en ressort que je suis à l’aise avec les pratiques mettant en jeu le corps. Que ce soit le mien, que je mets en mouvement ou que je touche. Que ce soit dans le contact à l’autre, lorsque je pratique. Mais ça, je le savais déjà !

Et puis, c’est rigolo de voir comment un groupe se lie plus rapidement lorsqu’il est demandé d’interagir physiquement les uns avec les autres. Toucher les pieds de quelqu’un ou chercher des points de tension sur son corps, voilà qui rapproche !

Expériences collectives

Moi qui suis plutôt « vie solo » ou « duo », je fais cette année l’expérience de la vie en collectivité. Je vais en cours, ce qui s’apparente à la vie en entreprise, jusque-là je connais. Mais ces semaines-là, je vis en internat et je partage ma chambre ainsi que la cuisine collective. Cela demande de la souplesse, de l’adaptabilité. C’est que ça cuisine un élève naturo, donc ça a besoin d’espace ! Un espace partagé avec les autres adultes des sections naturo, apiculture, viticulture et spiruline. C’est un beau vivier d’échanges entre nous et j’apprécie ces moments où chacun prépare sa popotte en papotant.

Pour ce qui est de ma compagne de chambre, c’est une belle rencontre que la nôtre et on se régale de se côtoyer, vraiment. Moi qui n’ai jamais vécu en internat ni en coloc’, c’est une belle surprise !

Et les autres semaines, je vis en famille. Après des années à vivre à des centaines de km d’eux, c’est un plaisir de retrouver mes parents. Nous sommes proches aux sens propre et figuré désormais. Je savoure de pouvoir partager avec eux ce que j’expérimente cette année. Je savoure tout autant d’être présente dans leur quotidien … 20 ans après avoir quitté le nid. Je leur suis reconnaissante de m’accueillir cœur et esprit grands ouverts.

En prime, je me forme en Biodanza et donc, un week-end par mois, je vis parmi 70 à 80 personnes !

Ai-je quelquechose à apprendre de la vie en collectivité ? En tout cas, cette année j’en fais l’expérience, sous diverses formes. Je me rends compte que j’apprécie, même si je dois composer avec mon besoin de solitude. J’apprends à me réserver des moments seule, à trouver un équilibre entre indépendance et vie en communauté. J’apprends la fluidité aussi, à mettre de l’huile dans les rouages … et de l’eau dans mon vin !

Apprentissages

C’est ainsi que je résumerais cet article : c’est une année d’apprentissages, aussi divers que variés, sur différents plans de ma vie.

Et vous, quelles expériences vivez-vous ou avez-vous vécues ? N’hésitez pas à nous les partager via la section « Commentaires » ci-dessous ou en message privé via la page « Contact ».

Et pour être informé de la parution d’un article, la rubrique « Abonnez-vous » vous tend les bras sur la colonne latérale !

Photo d'un attrape-rêve que j'ai fabriqué lors d'un séjour en Ardèche.
Expérience créative : fabrication d’un attrape-rêves