De l’intérêt de se laver le nez

Dans ma salle de bain, trône un drôle d’ustensile : c’est un Lota, ou Neti Pot, et cela sert à se laver le nez. Inutile de le frotter, aucun génie n’en sort !

Photo de mon Lota en plastique blanc de 350mL et la cuillère-doseuse que j'utilise (cuillère de sel de machine à pain, hihi).
Mon Lota et la cuillère doseuse (de sel de machine à pain 😆 ) que j’utilise.

Pourquoi se laver le nez ?

En Inde, se laver le nez est une pratique courante, notamment des yogis pour se préparer au Pranayama (discipline du souffle). Cela permet de nettoyer les muqueuses des fosses nasales des pollens, poussières et autres micro-organismes qui peuvent s’y déposer par le biais de la respiration.

En Europe, ce n’est pas monnaie courante, excepté lorsque l’on est encombré au niveau ORL ou que l’on sent venir le rhume.

Moi qui ai le nez qui coule à longueur d’année à cause d’allergies (mes sinus sont de véritables toboggans !), j’ai décidé de tenter l’expérience.

Comment fait-on ?

Tout d’abord, on se procure ledit ustensile. J’ai commandé le mien chez Chin Mudra, ils ont une large gamme : https://chin-mudra.yoga/category/produits-dhygiene-lota-neti-pot-22/. Mais ce ne sont pas les seuls à en commercialiser, loin de là ! Il en existe en porcelaine, en métal ou en plastique. Une fois n’est pas coutume, j’ai opté pour le plastique, plus facile à transporter (ça compte avec mon nomadisme actuel), léger et résistant (il ne craint pas de me glisser des mains et de finir à terre).

Le nettoyage du nez se fait idéalement le matin à jeun.

Il faut mettre une petite cuillère à café de gros sel dans le pot (ou une TSP comme sur la photo – certains Lota sont livrés avec une cuillère-doseuse), ajouter de l’eau tiède jusqu’à 200mL et mélanger. On obtient ainsi une solution de type sérum physiologique à une température proche de celle du corps. Ensuite, il suffit de mettre l’embout contre sa narine, de pencher la tête au-dessus du lavabo et de laisser le liquide s’écouler. A mi-volume, on arrête, on souffle pour évacuer l’eau, puis on change de narine. Une fois terminé, on se mouche fort pour bien vider narines et sinus.

Ce n’est certes pas très sexy comme pratique, mais c’est très facile !

Mon expérience

J’ai intégré le nettoyage du nez à mon rituel matinal début mai. Je le fais chaque jour ou presque (je ne pars pas en week-end avec mon Lota 😉). Au début, l’eau coulait doucement, parfois goutte à goutte. Petit à petit, c’est devenu plus fluide. Depuis début juillet, soit après 2 mois d’utilisation quasi quotidienne, l’eau s’écoule librement. L’avantage, c’est que ça me prend moins de temps maintenant !

Depuis que je pratique le lavage de nez, je remarque que je me mouche moins, je suis moins encombrée au réveil et moins sujette aux rhinites allergiques. Je le recommande donc à ceux qui sont sujets aux encombrements ORL.

Cette technique peut tout à fait être réalisée avec des enfants. Je connais un petit garçon de 3 ans que ça amuse drôlement lorsque sa maman le lui fait faire !

Voilà pour le partage de cette drôle de pratique (si si, c’est assez marrant en fait). Non, n’insistez pas, je n’irai pas jusqu’à me filmer pour vous montrer comment procéder, vous allez bien y arriver 😉 N’hésitez pas à nous laisser en commentaires vos questions ou retours d’expérience.

Et pour être informé de la parution d’un article, la rubrique « Abonnez-vous » vous tend les bras sur la colonne latérale !

Une réponse sur “De l’intérêt de se laver le nez”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *